Lundi 22 octobre 201214h01
C’est bizarre comme il peut être facile parfois de se laisser destabiliser par le regard des autres. Aujourd’hui, en voyant un pote de l’université à travers la fenêtre, je me suis caché.
Depuis quelques jours, j’ai renoncé à vivre sur mes économies et quelques piges en attendant la réponse de ce poste tant désiré, dont la réponse ne me sera pas donné avant deux mois. Au détriment de ma zone de confort, à la fois étouffante et rassurante, j’ai opté pour un job alimentaire, à raison de quelques heures par semaine.
Moi: “Hé salut, comment ça va ?Elle: Fine, and you ? You look great today !”
Oui ce jour-là je lookais very great car j’avais quelque chose d’important à lui demander.
“Thanks ! Dis, je me demandais, est-ce que tu connais quelqu’un qui voudrait embaucher pour quelques heures par semaine ?Sure ! Give me your number, and my sister will call you on next wednesday.Ah oui ? Cool !”
Le mercredi suivant, sa soeur a téléphoné, et le jeudi je commençais.
À moins de 100 mètres de chez moi, il y a l’épicerie de cette adorable famille grecque, ouverte il y a 33 ans, dans mon quartier d’érables. *NB
Source: Slogan1969  

About The Author

mm
Team Mobtreal

Related Posts