Hier soir, ce n’était pas un gala Juste pour rire comme les autres. Ce n’était pas non plus à un humoriste comme les autres qu’on rendait hommage. Et pour Jean-Marc Parent, ce n’était difinitivement pas une soirée comme les autres. Avec derrière lui 25 ans de carrière , 14 Forums, 2 Colisées de Québec, 10 tournées, des shows marathons pouvant durer jusqu’à 24h (du jamais vu!), des milliers de fans, des numéros cultes, des hauts mais aussi des bas… Jean-Marc Parent recevait hier l’hommage ultime de la part de Juste pour rire. À 51 ans, Jean-Marc Parent devenait donc hier le plus jeune humoriste à se faire honorer de cette façon par JPR. Un honneur… ou la peur de voir partir l’hypocondriaque notoire avant d’avoir pu lui rendre hommage comme il se doit ? Un peu des deux affirmait-on hier sur scène ! Par contre, cette honneur était plus que mérité pour celui qui a su transformé l’humour au Québec, repoussé les limites du spectacle conventionnel, rassembler les gens comme nul autre, capter l’attention de foules toujours plus grandes et toujours, toujours, rester simple, humble et vrai. Un conteur hors pair. Un humoriste qui sait fait rire toutes les générations (ce qui n’est pas chose facile!). Un grand de l’humour au Québec.

Tout comme la carrière de Jean-Marc, la soirée d’hier a connu ses hauts et ses bas. Par contre, la beauté de ce gala résidait dans les moments d’émotion pure qui parsemaient le spectacle, à commencer par l’entrée de Jean-Marc Parent dans la salle accompagné du grand manitou de Juste pour rire, Gilbert Rozon.

Jean-Marc Parent

Jean-Marc Parent

Le show débute avec Marie-Élaine Thibert qui nous interprète Laisse-moi t’aimer et c’est alors que débarquent sur scène des bikers accompagnés de jolies filles lorsque la chanson dégénère en version rock…be mettons rock pour Marie-Élaine Thibert là ! Honnêtement, je ne suis pas une fan de la chanteuse mais elle a vraiment solidement performé hier lors de tous les numéros musicaux. Stéphan Bureau assurait l’animation du gala, faisant comme toujours une bonne job. Pourtant, je ne crois pas que le fait de lui confier à lui seul un numéro d’humour complet était une si bonne idée que ça… Disons que c’est un très bon animateur, mais pas plus.

photo 2

Le gala a vraiment gagné en intensité tout au long de la soirée : Le meilleur était vraiment gardé pour la fin. J’ai aussi trouvé que le public n’était pas des plus participatifs, même si vraisemblablement tout ce beau monde était constitué de vrais fans de Jean-Marc Parent . Néanmoins, voici certains des moments forts de cette soirée qui ne manquait pas en diversité.

Le premier numéro de stand-up de la soirée fût assuré par un Patrice Bélanger en pleine possession de ses moyens. Il réalisa un exploit : Refaire un célèbre numéro de Jean-Marc Parent qui durait à l’époque 15 min… en seulement 4 min! Solide performance et défi presque réussi… à 40 sec près. Jérémy Demay a aussi été très divertissant alors qu’il critiquait les paroles de la célèbre chanson Flashe tes lumières! de Jean-Marc Parent. Son interprétation hilarante était un peu gâchée par le fait qu’il y avait des fautes dans le powerpoint… étrange.  C’est pas grave : Je t’aime Jérémy. Ne change pas tu sais. Jamais.

Le Dr. Bellefeuille (François Bellefeuille… pour ceux qui n’auraient pas catché) nous a fait délirer de façon exquise, Chantal Lamarre (ami avec Jean-Marc depuis le Cégep) a été incroyablement touchante et Philippe Laprise, adorable dans son p’tit kit pareil comme celui de Jean-Marc à l’époque, nous a bien fait rire avec sa tentative de show de boucane (…avec un scooter) et son air guitar en l’honneur de son idole. Rachid Badouri est arrivé en génie d’Aladdin près à accorder des voeux (et non pas en Aladdin comme disait Stephan Bureau… t’as pas vu le film toi, ça paraît) et les Denis Drolet nous ont parlé de l’orgasme (bien que plusieurs personnes dans la salle n’en avaient sûrement pas eu depuis plusieurs années…oups).

Philippe Laprise fait du air guitar en compagnie du maître

Philippe Laprise fait du air guitar en compagnie du maître

Le numéro le plus impressionnant : un Drum Battle avec pas moins de 3 drums sur scène (pis 3 drummeurs… ça se joue pas tout seul ses affaires-là). Concept tout à fait de mise : Quiconque est fan de Jean-Marc Parent sait à quel point ses Événement JMP déménagent. Ce numéro, enchaîné avec un mix des années 80 (dont JMP est fan) interprété par Steve Hill, Nadja, Audrey Gagnon ainsi que Scott Price et son band, a connu un franc succès. Un message de Chris Hardfield directement de l’espace à l’intention de Jean-Marc a comme passé dans le beurre (on dirait que personne ne le reconnaissait ?) et le dit numéro d’humour mettant en vedette Stéphan Bureau à la tête d’un bulletin de nouvelles n’ont pas été les moments les plus marquants de la soirée disons. J’étais plutôt mal à l’aise. C’est pas faute d’avoir essayé par contre !

Là, c’est le boutte le fun. Le moment où je me suis dit que l’hommage était à la grandeur de son destinataire. Pierre-François Legendre monte sur scène et reprend de façon incroyablement juste un numéro difficile de Jean-Marc Parent, un numéro parlant de violence conjugale et datant de 1991. Ce fût la première ovation debout de la soirée.

Et là… j’ai eu une p’tite larme. Parce que je suis une personne sensible AVEC DES ÉMOTIONS. Bon. André Leclerc, l’handicapé chez qui Jean-Marc s’est rendu il y a 20 ans pour trouver l’inspiration juste pour son personnage culte de 1988, monte sur scène pour un numéro. Wow. Toute la salle était suspendue à ses lèvres. Un très beau moment. Celui-ci a en profité pour remercier Jean-Marc d’avoir eu l’audace de faire ce numéro et ainsi montrer les handicapés sous un nouveau jour, un vrai jour.

Le toujours parfait Laurent Paquin nous a offert ce qui, à mon avis, était le meilleur numéro de la soirée, alors qu’il énumérait ses raisons d’haïr Jean-Marc Parent… car il en est en fait jaloux. Lise Dion m’a aussi bien eu dans le détour avec sa reprise du numéro sur le régime de JMP. «Pour dîner, un oeuf cuit dur et une branche de chou-fleur… Tsé quand tu prends une bouchée d’un oeuf, on s’entend tu qui reste juste la moitié ? Bon ben je l’ai liché.» Épatant.

Par la suite, l’idole de toujours de Jean-Marc, Robert Charleboix, interprète magnifiquement sa pièce Ordinaire, chanson complètement de circonstance. En le remerciant plus tard sur scène, Jean-Marc étouffera un sanglot alors qu’il avouera que pour lui Robert Charleboix c’est l’équivalent de Pink Floyd et qu’il n’y a pas plus grand honneur.

photo 4

Finalement, la foule se lève dans un automatisme hallucinant alors que la femme qui a poussé Jean-Marc Parent à son premier gala Juste pour rire entre sur scène : Dominique Michel reçoit une ovation de près de 3 min alors qu’elle n’a même pas encore ouvert la bouche. Émue, la grande dame de l’humour s’essuie les yeux et livre son témoignage. Et quand Jean-Marc Parent monte finalement sur scène pour remercier tout ce beau monde, c’est si beau que j’oublie toutes les maladresses du gala. Même le numéro de Stéphan Bureau. (S’t’une blaaaague là…)

Bref, une soirée riche en émotions mais aussi parsemée d’excellents numéros et une finale vraiment impeccable, voilà en quoi se résume le Gala Hommage d’hier soir. C’est fou mais je trouvais ce gala tellement important pour Jean-Marc Parent, que j’avais peur que quelque chose fouèrre pendant la soirée. C’est ben pour dire ! Une chance que le régisseur est vraiment sua coche.

C’est ainsi que se termine le volet francophone des galas du Festival Juste pour rire 2013 et ce sera le coup d’envoi des galas anglophones demain soir avec le gala de Seth Meyers ! Ne manque pas ça et surtout, ne manque pas ta chance de voir Dave Chappelle sur scène du 24 au 28 juillet ! Mais bon le plus important : Profite de ton festival petit poussin, parce que ça n’arrive qu’une fois par année et c’est encore mieux que Noël !!!

Bonne soirée mon loup.

@ErikaMath 

 

 

 

About The Author

mm

Boss Erika Mathieu est la professionnelle des arts médiatiques et de l’humour sous n’importe quelle forme ! Étudiante en Télévision avec un background en théâtre, elle écrit, réalise, anime à la radio, mais surtout… donne son opinion sur tout! Fine critique, elle est toujours là où il faut être! Elle se spécialise en humour, cinéma, télévision, littérature, festivals, théâtre, art visuel.

Related Posts