Jeudi 8 novembre 201219h47
Aujourd’hui, il faisait aussi froid dans ma rue qu’à la boutique. En partant vers 14h, j’avais le mood instable. Je sentais cette bête sinueuse s’immiscer dans la moindre fente de ma carcasse, pour laisser en moi une trace désagréable à chacun de ses pas. J’avais la démarche lourde, le regard plongé dans le vide droit devant moi. Les mêmes briques, les mêmes sourires, les mêmes bruits, les mêmes silences. Et ces couleurs devenues indécises. Lorsque je suis arrivée à l’intersection, j’ai regardé à droite, puis à gauche. Je voyais Elsa ma boss à travers la fenêtre, rire avec un client. J’ai traversé jusqu’aux quelques marches qui me séparent de la porte d’entrée. Une grande inspiration plus tard, je l’ai poussée, laissant le carillon raisonner au fond de mon oreille interne. Le client me demanda pardon, et s’en alla avec son odeur de cigarette froide. Elsa a vu que quelque chose n’allait pas, mais elle ne m’a rien dit.
J’ai salué sa cousine qui jouait avec son nouveau chien “Obama”. Ca paraît couillon d’appeler son chien Obama. Il n’est ni Kenyan, ni souriant, ni même président. Le poids qui repose sur ses épaules me semble trop lourd à porter
Source: Slogan1969  

About The Author

mm
Team Mobtreal

Related Posts